Un battant…

J’avais gardé cet article rangé dans un brouillon, écrit il y a plusieurs semaines, il avait fini dans les méandres de mon ordinateur. J’avais tapoté sur mon clavier, un soir, quand l’envie de partager notre expérience se faisait pressante mais je m’étais ravisée en invoquant son caractère trop personnel. Et puis je me suis souvenue de notre détresse quand la nouvelle est tombée et la volonté de partager un message d’espoir a été plus forte.

Liroy est né le 26 janvier 2015. Une naissance (très) prématurée mêlée de craintes et d’angoisses, une joie étouffée par la peur car les chiffres parlent d’eux-mêmes : 24 semaines + 5 jours, 29 cm, 590 grammes… Une arrivée précipitée d’un petit garçon pressé mais qui nous a fait la promesse silencieuse de se battre pour la vie.

Durant trois mois à la maternité, bien au chaud dans ta couveuse, tu apprends à reconnaitre les bruits et les voix qui t’entourent. Le bip incessant des machines, les tuyaux, les alarmes, tout ça fait partie de ton quotidien de mini bébé en réa-néonat. Tu ne te plains pas, tu ne pleures presque pas, pourtant on imagine combien les soins sont douloureux. Nous apprenons avec toi tous les termes techniques et nous célébrons chaque petite victoire. Je t’envoie des messages d’encouragements sur le téléphone de ta maman pour te dire de tenir bon parce que nous avons hâte de te rencontrer, de te serrer fort dans nos bras et que nous n’envisageons pas l’avenir sans toi. Je te dis que dans quelques temps tout cela ne sera qu’un mauvais départ et un lointain souvenir. J’ai hâte d’assister à tes premières bêtises, hâte de partir à la chasse aux bonbons et à la recherche du doudou égaré, hâte de te couvrir d’amour.

Grand-préma-Liroy-MaViedeBoheme-1

Depuis ce 26 janvier, je me suis fait la promesse de veiller sur toi et de t’aimer comme mon propre enfant. Et parce que tes parents ont vite compris ce lien très fort qui nous lie, ils m’ont choisi pour être ta marraine, ta bonne fée. C’est pour moi une joie, un très beau cadeau, lourd de responsabilités mais que je suis prête à endosser fièrement.

Aujourd’hui, Liroy a plus que triplé son poids de naissance. C’est toujours une petite crevette mais il est en pleine forme et s’apprête à sortir de la maternité pour rejoindre son nid d’amour. L’attente a été longue, le combat difficile, mais aujourd’hui par tant de courage, tu es devenu notre modèle de combativité, de ténacité, notre grande fierté…

Grand-préma-Liroy-MaViedeBoheme-3{ Crédits : Ma Vie de Bohème – JD }

Un petit mot pour ma soeur que la maternité n’a pas épargné, pour lui dire combien je l’admire, elle qui ne s’est jamais plainte, qui parcourait tous les jours plus de 40 km pour être à ses côtés et qui a refusé de baisser les bras et de se résigner à la fatalité. Un optimisme et une modestie à toutes épreuves et ces mots qui raisonnent encore aujourd’hui : « Je ne suis pas courageuse, je n’ai pas le choix ».

Des millions de merci à mes amis, mes parents et la famille pour leur soutien dans ce moment délicat. Je pense à ma mère, cette force tranquille qui n’a rien laissé paraitre du séisme qui avait lieu à l’intérieur, à mon amoureux et à mon Dus pour leurs paroles réconfortantes et leur empathie, à Audrey pour son analyse parfois difficile à entendre mais toujours honnête, à Christiane pour ses prières et sa quête de la peluche mini-tortue, aux infirmières de l’hôpital de Meaux qui l’ont soignées, protégées et qui ont veillées sur lui (vous faites un travail fantastique) et à tous ceux que j’oublie mais qui ont eu une pensée pour nous.

Je pense aussi à tous ces parents démunis face à la très grand prématurité. Je veux leur dire de ne jamais perdre espoir car même si chaque cas est particulier, rien n’est impossible. Liroy en est la preuve vivante…

1 Commentaire

  1. C’est un merveilleux texte. J’ai eu les larmes aux yeux. Oui c’est un mauvais départ mais il sera plus fort de jours en jours. Et je sais qu’il sera entouré d’amour et d’un grand frère pour le protéger.
    Bisous à la famille.

Laisser un commentaire