Loading...

Mon expérience en tant que témoin de mariage

Jennifer vous expliquait il y a quelques temps (un bail on va pas se mentir et faire croire qu’on publie régulièrement ici) qu’elle avait détesté organiser son mariage. Je vous confirme, c’était tendu parfois mais elle exagère un peu quand même. Son problème, comme celui de beaucoup de futurs mariés, c’était de vouloir en faire trop (non pas un, ni deux, mais 3 cadeaux invités !!!) et du coup se perdre dans des détails finalement pas très importants.

Mon premier conseil, à vous jeunes pousses de témoins en herbe, serait donc d’aider les mariés, vos amis, à RELATIVISER. C’est un mariage, c’est une fête, c’est du bonheur et de la joie. J’ai l’impression que certains l’oublient et se laissent envahir par le stress, veulent que tout soit parfait et subissent la pression de recevoir du monde. Il faut donc les aider à ne pas trop se prendre la tête. Laissez moi vous dire que pour le cas Jennifer ce n’était pas gagné mais j’ai fait de mon mieux.

Le mariage peut être la cause de dispute. Un peu de stress mélangé à un soupçon de jalousie peut parfois créer des petites tensions voire des catastrophes nucléaires. Rappelez vous bien que ce n’est pas de la faute de votre meilleure pote si vous venez de vous faire larguer, que votre alimentation se compose de 2 paquets de lucky light et que le mariage dont vous rêviez est parti en fumée (de clope). Ce n’est pas non plus la faute de vos témoins, si tout n’est pas parfait le jour J. C’est la vie, c’est comme ça. Et si vous voulez être sereins et ne pas trop solliciter vos témoins, vous pouvez toujours faire appel à des wedding planner pour la coordination de journée.

Pour être honnête nous n’avons pas eu ce genre de problème avec Jen. Elle a d’ailleurs pris un wedding planner pour le jour J afin que je puisse moi aussi profiter de journée et ne pas être “la wedding planner”. J’ai quand même eu l’impression de devoir gérer des choses comme les discours des mamans, le jeter de bouquet, ou la recherche du vidéoprojecteur perdu (quand on sait que mes animations pour les mariés étaient uniquement des vidéos je peux vous dire qu’on flippe un coup) mais Jen n’y était pour rien.
Un dernier conseil, si vous vous mariez et que votre BFF vit une crise existentielle, essayez de ne pas trop vous la ramener avec de l’amour qui dégouline… Tout est une question de dosage, de la même façon qu’il ne faut pas parler du mariage H-24 avec votre conjoint.e, il ne faut pas non plus l’imposer à vos amis.

La demande en mariage d’amitié témoignage

Pour rigoler, j’avais dit à Jen que je voulais une “demande en témoignage” histoire qu’elle galère un peu avant que moi je me prenne la tête avec EVJF, diaporamas, animations et autres réjouissances de témoins. Et bien, je n’ai pas été déçue. Après un pèlerinage devant le lycée où nous nous sommes rencontrées (15 ans d’amitié quand même !), nous nous sommes dirigées vers…. un salon de tatouage !

Oui, on en parlait en rigolant depuis quelques temps, de se faire un tatouage identique ou matching tatoo pour nos amis anglophones. Après cinq minutes de réflexion de ma part, c’est OK banco et nous poussions la porte du salon sans trop savoir ce qui nous attendait.

Le temps de déjeuner nous avons réfléchit à savoir ce qu’on allait écrire et sur quelle partie du corps surtout ! Le pied s’est imposé assez rapidement, c’est un peu l’endroit parfait pour les flipettes comme nous.
Quant au motif du tatouage, c’est trop personnel pour l’évoquer ici… mais non j’déconne. On a écrit “Doudi” sur mon pied et “Douda” sur celui de Jen. C’est un peu débile, très private joke mais après tout c’est écrit sur nos pieds donc on fait ce qu’on veut. J’ai aussi eu quelques cadeaux, des photos de nous et un petit shanty biscuit “Veux-tu être ma témoin ?”. J’ai vraiment trouvé ça très mignon et cool de la part de Jen de jouer le jeu. Comme quoi elle n’est pas QUE relou.

 

Et voila, le bonheur était de courte durée, me voilà maintenant engagée comme témoin. Je suis donc passée par toutes les étapes de la vie de témoin, et la première : l’enterrer dignement, enfin pas elle mais sa “vie de jeune fille“. Sachant qu’elle a rencontré son mari à 17 ans je peux vous dire que sa vie de jeune fille avait rendu son dernier souffle il y a un bail et qu’elle attendait les funérailles avec impatience… La suite au prochain épisode !

Leave a Comment


QUE CHERCHEZ VOUS ?
Rechercher une info de la plus haute importance