L’argentique c’est poétique, c’est sympathique et super chic !

Il y a quelque temps Frédéric Fradin, photographe argentique, est venu nous rencontrer à l’appart’agence de Puteaux. Si vous nous suivez sur Instagram vous n’avez pas pu passer à côté des chariages intempestifs de Sophie à mon égard au sujet de ce rendez-vous.

Je vous remets la vidéo pour que vous puissiez constater ce que j’endure presque chaque jour…

L’histoire du jus de fruit, c’est que j’ai fait une mauvaise manip’ sur l’agenda en ligne et le rendez-vous ne s’est pas enregistré. Alors, lorsque Frédéric sonne à l’interphone, je pense que c’est une erreur et, sans trop réfléchir, je lui dis de se mettre dans l’ascenseur pour le faire monter (oui, parce qu’il y a une sombre histoire de bip et seules les personnes qui le détiennent peuvent accéder aux étages). Comme nous n’attendons personne, je retourne derrière mon ordi et continue ce que j’étais en train de faire en me disant que ce visiteur allait bien finir par trouver son chemin (le fille sereine alors qu’elle donne accès à l’immeuble à un potentiel inconnu). C’est au bout de longues minutes (surtout pour le pauvre Frédéric) que Sophie décide d’aller à son secours pour le prévenir qu’il s’est trompé d’interphone.

“T’es sure qu’on n’a pas rendez-vous ?” me demande t’elle suspicieuse (je dois avouer qu’il arrive régulièrement à l’agenda de faire disparaitre les rendez-vous que j’enregistre).
Moi, d’un ton mi assuré mi pas rassuré : “Mais non pas du tout, regarde ma tête si on avait rendez-vous j’aurais fait un effort et je l’aurais mis sur l’agenda, tu penses bien.” (genre le combo tenue de pouilleuse et tête de déterrée sont les garants de la véracité de mes propos).

Bon, la suite vous la connaissez, on avait bien rendez-vous avec Frédéric et cette anecdote reste l’une de mes boulettes préférées que Sophie adore raconter.
Trépidante cette histoire d’interphone, de bip d’ascenseur et le suspense insoutenable du visiteur , hein ?!

Le rencontre avec Fréderic Fradin, photographe argentique

Frédéric ne m’a pas tenu rigueur de ce mauvais départ (merci, c’est pas tous les jours facile d’être moi). Nous avons échangé pendant deux bonnes heures sur sa vision de la photographie et surtout sur l’argentique. L’occasion de lui poser tout un tas de questions et de balayer nos idées reçues sur cette technique de prise de vue.

Non, l’argentique ce n’est pas automatique (nul mais trop tentant) obligatoirement le tirage papier de vos photos sans format numérique. Et ça franchement, on ne le savait pas (est ce que c’est aussi grave que de croire jusqu’à longtemps que les moineaux sont des bébés pigeons ?).

Ce qu’il faut savoir sur l’argentique

Frédéric nous a fait une initiation à l’argentique. Si on veut résumer et faire simple, l’argentique c’est l’utilisation de film photographique (souvent appelé pellicule) sensible à la lumière. Une fois la prise de vue réalisée, ces films sont envoyés à un laboratoire (CarmencitaFilmLab en Espagne pour celui de Fréderic) pour deux étapes :
– le développement (passage des films dans des bains de produits chimiques pour stopper la sensibilité du film et révéler l’image en négatif)
– le scan (passage du film dans un scanner professionnel pour obtenir l’image au format numérique).

Là où ça se corse c’est surtout au niveau de la prise de vue puisqu’il est impossible de voir le rendu comme on pourrait le faire avec un appareil photo numérique. En argentique les choix se font majoritairement à la prise de vue car le travail de post-production est presque inexistant. Aujourd’hui la retouche numérique offre des possibilités très étendues sur la transformation d’une image, mais Frédéric a fait le choix de ne plus s’offrir ces possibilités pour ne pas se perdre dans une inconstance ou un simple effet de mode et ainsi pouvoir offrir à ses mariés des photos intemporelles.

Place à la pratique

A la fin des explications théoriques, Frédéric nous a proposé de réaliser quelques portraits de nous et comme on ne pensait pas avoir de rendez-vous ce jour là, vous imaginez bien qu’on était au top du top du mamamax du glamour ! #cheveuxgras #cernesdeouf #nomakeup

Fréderic utilise en plus de son boîtier photo un posemètre qui permet de mesurer la lumière dite incidente. C’est une mesure de la lumière plus précise et fiable que celle mesurée par le boîtier lui-même. Vous savez, c’est le machin que les pros mettent sur le nez des mannequins dans les studios photo. Bah il a fait pareil avec nous (les mannequins en moins) puis il a fait les réglages sur son appareil (à base d’ISO et d’autres termes techniques dont on taira les noms).
Il ne nous restait plus qu’à être les moins laides possible 😉 On vous met quelques photos du rendu, et franchement ça va, on a évité la catastrophe grace à Marius qui est venu en renfort de bogossitude (la maitresse très objective vous remarquerez).


Pour cette série, Frédéric a utilisé une pellicule Ilford HP5+ (à vos souhaits) en noir et blanc pour son grain et son contraste. Il faut savoir que le choix de la pellicule est important. La marque, le type et la sensibilité ISO impacteront énormement le rendu de l’image.

Et sur les mariages, comment ça se passe ?

Les jours de mariage, l’approche du photographe argentique est différente de celle d’un photographe qui travaille en numérique. Déjà parce que l’argentique est très sensible à la lumière. L’argentique aime les belles lumières, les couchers de soleil, les contre-jour (dingue ! Frédéric vous expliquera pourquoi). Frédéric prendra donc tout son temps pour placer son sujet dans les meilleurs conditions de lumière et profiter à 100% de la plage dynamique du film photo. Et si vraiment les conditions de lumière deviennent difficiles alors Frédéric passera certainement en noir et blanc avec des pellicules plus adaptées et qui apportent ce beau côté intemporel.

Le nombre de photos livré sera également moins important car votre photographe argentique ayant privilégié les meilleurs clichés lors de la prise de vue, aura optimisé les coûts (chaque clic coûte) et garder uniquement l’essentiel de votre journée de mariage, ce qui la rend unique et sous les meilleurs lumières.

Et coucou le concours

Fort de son expérience avec deux superbes modèles à Puteaux, Frédéric nous a proposé d’organiser un concours à l’occasion d’une fête pour les amoureux, un truc le 14 février, ça vous dit quelque chose ?
LE concours consiste à VOUS faire gagner une séance couple d’une valeur de 400 € !
Patient, pas rancunier et généreux, il est sympa ce Fréderic. Plus sérieusement, on a été très touchées qu’il pense à nous pour ce concours parce que c’est vraiment un garçon adorable et très talentueux avec qui nous avons eu un très bon feeling.

Voici les conditions du concours :
– Etre abonné aux deux comptes Instagram de Ma Vie de Bohème et Frédéric Fradin Photographe
– Se marier en 2018 ou 2019
– Etre résident de la région IDF ou Centre
– Accepter que la série de clichés soit utilisée à des fins promotionnelles pour Ma Vie de Bohème et Frédéric Fradin Photographe.

La séance à gagner :
– Découverte de la photographie argentique
– Séance couple dans un sous sol mal éclairé (mais non, c’est faux ! C’est pour voir si vous suivez…). Ce sera plutôt dans un cadre naturel (en extérieur / région IDF ou Centre à définir avec le photographe)
– Remise de la série de clichés dans une galerie privative
– Séance réalisée entre mars et septembre 2018

Comment participer :
Commenter la photo du concours sur Instagram avec identification et rapide présentation du couple ainsi que le lieu que vous aimeriez pour votre séance.
Participation possible jusqu’à 18h le 14 février 2018.
Une seule participation par couple.

Les gagnants seront sélectionnés sur décision unanime des 4 membres du jury (Frédéric, Sophie, Jennifer et Marius) le 14 février 2018 au soir avec publication des noms sur Instagram !

A vos clavier, envoyez nous du rêve ! 

Share this...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire