Wedding planner, j’ai détesté organiser mon mariage !

Vous le savez peut être, ou vous ne le savez peut être pas (mais vous pouvez quand même rester ici, hein) je me suis mariée il y a 2 ans. Pourquoi vous en parlez seulement maintenant alors que ça fait quand même déjà un petit moment, pour ne pas carrément dire un sacré bail ? Pour plein de raisons, valables ou non, c’est à vous de juger : la reprise du boulot (nous étions de mariage en Corse le week-end qui a suivi), le retour à la vraie vie, le besoin de souffler et de se remettre de ses émotions, des promesses qu’on ne tient pas (big up a toutes celles qui n’ont pas encore fait leur album photo ou qui n’ont pas encore envoyé leurs remerciements), et aussi un peu la flemme. Je me suis dit, que c’était quand même dommage de ne pas partager mon expérience avec vous alors que c’est l’endroit parfait pour ça (enfin, je crois). Surtout que, comme vous avez pu le lire dans le titre, mon témoignage est surement un peu différent de ceux que vous avez pu lire auparavant. Non, je n’ai pas aimé organiser mon mariage pourtant j’aime organiser ceux des autres !

La demande en mariage justement

J’ai eu une demande en mariage absolument démente. Vous pouvez retrouver le récit de cet incroyable moment sur le blog d’Un Beau Jour. Pour les plus flemmardes, je vais essayer d’expliquer brièvement comment cela s’est passé. Le 3 novembre 2015, un peu au bout de la roulette en cette fin de saison, mon Dus arrive un matin à la maison avec une valise et m’annonce que nous partons quelques jours en vacances. Plusieurs étapes et indices m’amènent jusqu’à l’aéroport où je prends un avion (sans Sophie) pour New York. Dans une boite, confiée au départ et que je ne devais ouvrir qu’en vol, plusieurs éléments dont un bandeau à mettre sur les yeux à l’arrivée. Avec plus de 3 heures de retard et le temps de me tourner 1243 films dans ma petite tête, je retrouve mon futur mari qui m’emmène, toujours les yeux bandés, jusqu’au Brooklin Bridge. Une jolie déclaration, un genou à terre, une sublime bague, un OUI de consécration et nous voilà lancés dans la grande aventure qu’est l’organisation d’un mariage.

Nous décidons rapidement de ne pas attendre 2 ans pour nous marier. Ce sera l’année prochaine, dans 10 mois plus précisément. Même si les délais sont un peu short, ça va le faire. Tout va très bien aller et puis ce n’est pas comme si l’organisation de mariage n’était pas mon métier depuis plus de 5 ans (à plein temps pour ceux qui croi(V)ent encore que c’est un hobbie).

A l’époque je ne le savais pas (petite naïve que je suis !) mais le fait de travailler pour soi est une toute autre histoire que de le faire pour les autres. Je me demande encore comment certaine mariée qui ont organisé leur mariage ont décidé ensuite de se lancer dans cette voie. Si j’avais commencé par me marier j’aurai surement fait carrière dans l’étude du sytème nerveux des gastéropodes sans coquille.

Un mythe va peut être s’effondrer mais bien que je sois wedding planner je n’ai pas aimé organiser mon mariage pour plusieurs raisons que je vais tenter d’expliquer.

1- Faire des choix – Prendre des décisions

C’est la raison principale ! Je suis balance ascendant balance, ça explique peut être une partie du problème mais j’étais incapable de me décider et surtout de faire des compromis. Un combi de la mauvaise couleur, un prestataire plus dispo, le refus du prêtre pour le choix des témoins, autant de petites déceptions qui me paralysaient dans la recherche d’alternatives et qui avait pour conséquence de me bloquer dans l’organisation. J’avais l’impression que l’avenir du monde se jouait dans chaque prise de décision (un peu mégalo la meuf).

J’ai souvent remarqué dans ma (longue) carrière de wedding planner, que parfois les mariés se prenaient beaucoup la tête pour des détails mais après avoir passé plus de 2 heures (et je vous jure que c’est vrai) à choisir la couleur et la taille de mes confettis je me suis dis que j’étais aussi pas mal barrée dans le genre (et surtout complètement ridicule). J’en viens donc à la deuxième raison.

2 – Vouloir trop bien faire – En faire trop

En connaissant mon métier, les invités avaient de grosses attentes par rapport à notre mariage et surement sans le vouloir, ils me mettaient la pression. Je voulais bien faire, que tout soit parfait pour ne pas les décevoir. Je crois que c’est un sentiment particulièrement partagé par la majorité des futurs mariés. Du coup, mes invités sont repartis plus chargés en goodies qu’en revenant de la foire de Paris : un cactus, replanté dans un pot peint à la main (bombé puis plongé dans un colorant alimentaire pour un effet aquarelle), une boite pour transporter ledit cactus sans se blesser, un biscuit “merci” dans une pochette fermée par un sceau (royal) en cire motif “cactus” couleur vert d’eau (enfin la couleur la plus proche qui existait sur le marché à l’époque), un flacon d’huile d’olive fait à partir de la récolte des oliviers de mes beaux parents, et enfin un tote bag petit format avec un jeu de mot sur notre nom de famille. Je ne regrette pas du tout mais j’avoue que ça me fait rire maintenant parce que je reconnais qu’on était un peu dans l’excès.

Sophie vous le dirait et d’ailleurs elle se moque encore beaucoup aujourd’hui j’aurai adoré faire une cérémonie civile à la mairie de Puteaux, à la mairie de la ville ou mes parents se sont mariés il y a 20 ans et à celle du 19ème en souvenir de mon enfance (PDF en force).
Il aurait fallu aussi plusieurs cérémonies religieuses (juive, catho, musulmane, hindou et du thé) pourvu qu’il y ait une arche de fleurs. Ah oui, j’oubliais… une cérémonie laïque et oecuménique de jour et de nuit, un cocktail déjeunatoire foodtruck avec groupe de jazz manouch en première partie suivi de l’intervention de mariacci. Et pour ne pas s’ennuyer, une après midi ski nautique pour les uns, sieste ou randonnée à dos de poney pour les autres, suivi d’un dîner autour d’un grand feu de camp les fesses posées sur des tapis chinés aux quatre coins du monde. Pour s’éclater, une soirée dansante avec piste de danse intérieure et extérieure ou peut-être une “silence party” avec des casques où les invités auraient pu choisir sur quelle musique danser (celle de Guetta ou Sinclair venus en guest star). Et évidemment, une animation cabine photo, photobooth avec pola (et un joli fond) et une borne photo aussi parce que les animations autour de la photos ça marche toujours super bien. Pour finir, un brunch avec une cérémonie (encore ! oui mais le lendemain c’est original) sur la plage en pleine drome provençale et simultanément dans les ruines de l’Abbaye des Vaux de Cernay (et sans la clientèle de particuliers qui mate ton mariage). Voilà, comme ça j’aurai eu un mariage provenço-boho-chic-kinkfolk-tropico-beach-party. Ah j’avais pas parlé des ananas et des flamands roses  ?

Sophie, est souvent intervenue pour me recadrer et me recentrer sur les vraies priorités. Elle aime d’ailleurs me rappeler que j’avais terminé des sachets de mouchoirs pour les larmes de joies avant d’avoir imprimé et relié mon livret de cérémonie.

4- Faire confiance – Déléguer aux bonnes personnes

Même si j’ai eu l’impression d’être complètement dépassée par tous ces préparatifs je m’étais quand même appliqué un conseil que l’on donne à nos futurs mariés : déléguer pour profiter pleinement le jour J. Enfin, je dois préciser que c’est Sophie (encore elle) qui nous avait poussé à le faire. On avait donc fait appel aux services d’une consoeur wedding planner pour la coordination. Comme je m’y étais un peu prise au dernier moment (ça vous étonne ?), il n’a pas été simple de trouver un prestataire encore disponible à la date de notre mariage. C’est finalement l’agence BIIIIIIP qui nous a accompagné. Même si j’ai trouvé Gertrude* plutôt efficace sur certains aspects je regrette parfois son manque de professionnalisme le jour J. Sophie était mon témoin de mariage, je tenais a ce qu’elle profite comme tout autre invité de la journée, mais Gertrude s’est un peu trop reposée sur elle sachant que c’était aussi son métier. Je reconnais que Gertrude n’avait pas le rôle facile. C’est toujours très délicat d’intervenir sur le mariage d’une wedding planner… Même si on n’a pas toutes la même façon de travailler (et heureusement), j’aurais aimé avoir un déroulé de journée, plus de communication en amont du mariage, qu’elle soit plus présente physiquement pour me rappeler les différents timings. J’aurai aimé qu’elle fasse un test du vidéo projecteur avec le DJ au moment du cocktail pour être sur qu’il avait bien été livré et que tout fonctionnait (ça nous aurait évité d’avoir de grosses sueurs froides) et être moins prise au dépourvu au moment du passage à table avec les fameux scintillants.

Je n’ai pas aimé organiser mon mariage mais j’ai adoré le vivre. Nous avions volontairement choisi de faire un mariage en petit comité (nous n’étions que 70) pour pouvoir profiter pleinement de chacun mais même dans cette configuration le tourbillon de la journée fait que l’on a parfois le sentiment de ne pas avoir vu la journée passer. Heureusement que les photos et la vidéo sont là pour nous permettre de revivre tous ces beaux moments.

Si vous ne vous êtes pas endormie à la lecture de ce long article et que le format vous a plu j’en écrirai d’autre car je pense avoir plein de choses intéressantes à vous dire. Sophie partagera bientôt aussi ici son expérience de BFF/témoin de mariage/wedding planner/souffre douleur de Jen.

Lieu de réception : Le Mas des Songes / La Photographe : Stéphanie de Capture Life / Organisation, scénographie et location de déco : Ma Vie de Bohème / Vidéaste : Record You / Traiteur: Brunet Frères imposé par le lieu / Coordination du jour J : *le prénom a été volontairement modifié pour préserver son anonymat / Gospel : Gospel Event / Groupe de musique du cocktail : Gypsy Jazz Band / DJ : Jean-Marc / Robe : Bérengère Cardera et les chaussures : Sézane / Marié : le costume L’Apiéceur, les boutons de manchette : La Maison du Bouton de Manchette, le noeud papillon : Le Colonel Moutarde, les sous vêtements et le maillot de bain du brunch : Le Slip Français / Fleurs : Poppy Figue Flower / Éclairage et le mobilier : Belounge / Location de combi : Vintage Comi Spirit / Wedding cake : Made In Cake

Share this...
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn

Laisser un commentaire